A la une·Presse

Quand le bonbon me demande quelles sont « les 5 questions les plus posées aux sexologues »?

Pas facile de passer le cap et d’aller voir un sexologue pour se confier sur ses problèmes intimes. Alors on a fait le travail pour vous et on a fait appel à Claire Alquier, sexologue et thérapeute de couple à Paris, pour élucider le mystère des questions les plus abordées dans un cabinet de sexologue.

La question de la normalité.

Claire Alquier : De manière générale, c’est la question de la norme qui se pose énormément. Comment moi je me vis dans mon intimité par rapport aux autres. Est ce que je suis normal(e) d’avoir envie ou pas envie ? Il existe chez mes patients un besoin de réassurance. « Je ne me sens pas connecté(e) avec mes envies. » revient beaucoup, surtout chez les femmes entre 25-45 ans qui ne sont pas encore dans le lâcher-prise.

Lire la suite de l’article sur Le Bonbon

Presse

Quand Néon vient assister aux ateliers que j’anime pour le Cabinet de Curiosité Féminine

Masturbation, ceinture de chasteté, brosse à dents électrique : j’ai participé à un atelier sur le plaisir solitaire féminin
Le cabinet de curiosité féminine organise régulièrement divers ateliers autour des sexualités. J’ai participé à l’un de ces événements sur le plaisir solitaire féminin.

J’arrive à 19h30 aux dessous d’Orphée, un lieu qui soutient le cabinet de curiosité féminine. C’est Claire, sexologue, qui m’accueille. Elle me propose de me servir un jus de fruit et de rejoindre les autres femmes qui sont déjà arrivées. Des canapés vieillis par le temps reposent contre les murs bleu roi. Dans le fond de la pièce une micro-scène avec un piano. Je me croirais dans un bar d’une autre époque.

Nous nous installons toutes autour de petites tables sur lesquelles sont déposés des amuses-gueules. Nous sommes collées les unes aux autres, ça resserre les liens. A côté de moi il y a Hélène, 18 ans, à la limite de la rupture avec son copain, et Catherine, la soixantaine, cheveux grisonnants et petites lunettes rondes. Juste en face il y a  Clara, 25 ans, qui est venue accompagnée de ses deux copines. Le trio se décrit comme des femmes libres et décomplexées.

Masturbation signifie se souiller avec les mains

Une fois la pression redescendue et quelques questionnements perso échangés les unes avec les autres, Claire nous propose une petite revue historique de la masturbation, qui fait partie du plaisir solitaire féminin.

Lire la suite de l’article sur Néon